200 PORTRAITS

AU-DELÀ DU DIABÈTE

LE COMITÉ CONSULTATIF

Un comité consultatif a participé au choix des 200 candidats (Pr Serge Halimi – diabétologue, Dr Claude Colas – diabétologue, Dr Dominique Pierrat – rédactrice en chef de Top Santé, Dr Claude Colas – diabétologue, Solange Arnaud, fondatrice de la start-up medoucine.com, Carine Choleau – docteur en physiologie, co-directrice de l’Aide aux Jeunes Diabétiques (AJD), Jérôme Trublet – patient et président de l’Union Sports et Diabète, Gérard Raymond – patient et président de France Asso).


 
Pr Serge HALIMI
Diabétologue, Université Grenoble Alpes

Aujourd’hui plus de 400 millions de personnes vivent avec un diabète dans le monde. En France, au moins 3,7 millions de personnes en sont atteintes. Il existe plusieurs formes de diabète, principalement deux, le diabète de type 1 et le diabète de type 2. Il convient de bien les distinguer. Le premier, de type 1, est une maladie auto-immune qui aboutit à une destruction totale des cellules qui fabriquent l’insuline. Cette hormone régule en effet de façon très fine le taux de sucre dans le sang, la glycémie. La cause précise de ce diabète demeure à ce jour inconnue. La personne vivant avec un diabète de type 1 doit à chaque instant agir pour adapter ses glycémies en adaptant ses doses d’insuline qu’elle doit obligatoirement s’injecter en fonction de son alimentation et de son activité physique. Le diabète de type 1 représente environ 6% de l’ensemble des diabètes.
Le diabète de type 2, le plus fréquent (environ 90%) et en progression rapide dans le monde entier, résulte à la fois d’une mauvaise utilisation de l’insuline par l’organisme et d’une carence relative de cette hormone. Il est en grande partie héréditaire mais aussi largement favorisé par une surcharge pondérale et d’autres facteurs environnementaux au premier rang desquels, la sédentarité.
Aujourd’hui, le monde médical et de très nombreux scientifiques et techniciens se mobilisent pour améliorer les traitements ainsi que la qualité technique et humaine de la prise en charge. Le but est à la fois d’améliorer les résultats de ces patients afin de prévenir les complications sérieuses de cette maladie et d’améliorer la qualité de vie des personnes vivant avec un diabète. Depuis une dizaine d’années des modalités thérapeutiques révolutionnaires sont apparues, de nombreux médicaments innovants pour traiter le diabète de type 2, de nouvelles insulines ou des technologies innovantes comme la mesure continue de la glycémie par des capteurs et la délivrance fine d’insuline par pompe.
Ceci annonce la venue imminente du pancréas artificiels pour traiter le diabète de type 1. De nouvelles voies de recherche sont apparues comme la stimulation des cellules pancréatiques ou des cellules souches pour relancer la sécrétion d’insuline, l’exploration du rôle de notre microbiote intestinal, des insulines orales, certaines indications de chirurgie bariatrique, des transplantations d’îlots et le pancréas bio-artificiel. Chaque forme de diabète ayant à bénéficier de l’une ou l’autre de ces avancées.

Il était impossible de citer toutes les contributions en cours, expériences de pratique médicale originale, recherches, actions menées sur le terrain parfois accompagnées par nos tutelles, initiatives associatives ou de professionnels afin de favoriser l’activité physique ou une alimentation adaptée, start-up, enfin et surtout de beaux exemples de personnes vivant avec un diabète qui ont su surmonter leur maladie et réaliser de très belles choses tant au plan personnel que collectif.


Dr Claude COLAS
Endocrinologue, diabétologue
“Émanciper plutôt qu’éduquer…”

Mon quotidien avec le diabète. Quand j’ai choisi la spécialité endocrinologie- diabétologie par rapport aux autres spécialités, c’était pour le meilleur pronostic des maladies qu’elle recouvrait, ses avancées plus rapides dans le domaine de la recherche et pour l’éventail quasi physiologique des solutions thérapeutiques proposées aux patients. En 1993, soit 10 ans après avoir terminé ma spécialité, j’ai créé, sous l’impulsion de patients diabétiques de type 1, l’association “OSE” dans le but de rompre leur isolement et de favoriser l’échange de paroles. Aujourd’hui, notre projet “ 200 portraits au-delà du diabète” lève le voile sur la maladie du diabète en donnant la part belle aux personnes qui ont accompagné des patients, créé des projets avec eux ou, en tant que patients, su dépasser la contrainte du quotidien et transmettre l’idée d’un mode de vie « avec », un « plus » dans la vie de tous les jours qui mérite d’être lu et entendu par tous, soignants comme non soignants, simplement pour en finir avec le silence.


Dr Dominique PIERRAT
Rédacteur en chef adjointe de Top Santé
“Personne ne se résume à sa maladie”

J’ai accepté de participer à ce projet car au début de ma vie de journaliste santé, j’ai eu l’occasion de faire un reportage dans les Alpes avec un groupe d’enfants de l’association d’Aide aux Jeunes Diabétiques (AJD). L’objectif était de les aider à devenir autonomes dans la gestion de leur diabète et j’avais décidé de venir avec mes filles, petites à l’époque. Leur naturel face à ces enfants qui devaient se faire des piqûres tous les jours m’avait surprise. Une fois la situation expliquée, aucun problème ! A Top Santé, je poursuis le même objectif : informer de façon simple pour aider malades et non malades à vivre mieux.


Solange ARNAUD
Polytechnicienne et Entrepreneur
“Hâte-toi de bien vivre et songe que chaque jour est à lui seul une vie.”
Sénèque 

Ayant longtemps travaillé sur les maladies chroniques je sais combien il est important d’arriver à vivre activement malgré l’impact de la maladie pour se définir en tant que personne plutôt qu’en tant que malade. C’est pourquoi j’ai immédiatement adhéré au projet des « 100 portraits au-delà du diabète » qui focalise l’attention sur toutes les opportunités s’offrant aux personnes vivant avec le diabète avec des exemples très positifs.


Jérôme TRUBLET
Président de l’Union Sport et Diabète
« Mon diabète ne savait pas que c’était impossible, alors nous l’avons couru »

En tant que Président de l’Union Sport et Diabète, nous pouvons témoigner que la quasi-totalité des sports sont accessibles aux personnes vivant avec un diabète (golf, tennis, danse, karaté, course à pied, équitation, marathon, plongée, yoga …). Je suis moi-même diabétique de type 1 et je pratique régulièrement la course à pied depuis 15 années (aujourd’hui 90 km par semaine).


Carine CHOLEAU
Docteur en physiologie, Co-directrice de l’Aide aux Jeunes Diabétiques (AJD)
« Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite. »
Henry Ford

Depuis 10 ans dans l’association l’Aide aux Jeunes Diabétiques, ce qui me porte, c’est de travailler ensemble. Partir des besoins des jeunes et de leur famille, de leurs difficultés et leurs réussites, confronter ces besoins à la réalité des soins, aux contraintes du système, aux avancées médicales et technologiques ; mettre autour d’une même table, jeunes, parents, soignants, animateurs, personnel administratif ; être à l’écoute, créer du lien et amener chacun à faire évoluer ses pratiques et ses ambitions.
C’est le défi passionnant auquel je suis fière de participer !


Gérard RAYMOND
Président de France Asso Santé – Paris
« L’écoute pour donner du sens à un engagement citoyen »

Depuis 1998, j’œuvre auprès de l’Association Française des Diabétiques pour faire reconnaître la parole des patients. Mon objectif, c’est de les faire devenir des acteurs individuels de leur propre santé et, au niveau collectif, des acteurs de l’évolution de notre système de santé.